10/07/2005

L'ENCYCLOPEDIE DE L'ACCORDEON

 

Si le principe d’un instrument à anche libre remonte à 3000 avant Jésus-Christ, c’est seulement en 1829 que se dépose, en Autriche, le brevet de l’accordéon. Utilisé tout au long du XXème siècle tant bien dans la musique populaire que dans le jazz, le rock et la chanson française, l’accordéon est surtout l’instrument de prédilection des artistes de rue et autres mendiants du métro.

 

C’est vers la moitié de l’an 2005 que se déclare, à Bruxelles, l’Intifaccordéon, soulèvement de type « guerre sainte » qui allait vite prendre des proportions d’ordre planétaire. Dans ses mémoires écrites lors de son enfermement à Guantanamo Bay, Yasser-Charles Bronson (1969-2047) parle de l’incident isolé qui allait le conduire jusqu’au terrorisme génocidaire :

 

« Tout a commencé par un type à une terrasse de resto que j’ai assommé à coups de casserole à moules en hurlant qu’il ferait mieux d’apprendre à jouer du Jesus & The Mary Chain plutôt que de nous concasser les roustons avec son Volare joué à la soufflerie à pets. Ensuite, je me suis mis à enlever des célébrités : Yvette Horner, Bénabar, Yann Tiersen, Manu Chao. On s’amusait bien : on leur foutait des suggestions hypnotiques plein le cerveau et quand ils revenaient à la chanson, ils n’avaient plus aucune envie de faire grincer leur tsoin-tsoin mais plutôt de jouer des reprises skate-core des Stranglers et des Libertines. Ce n’est qu’après qu’on est passé aux actions violentes d’envergure, tout en tenant le cap de pourparlers politiques. C’est ainsi que le jour où nous avons écrasé des avions de ligne sur les usines Borelli, Castagnari, Hohner et Serafini, l’un de nos délégués idéologiques rencontrait l’Echevin Simons pour discuter de la possibilité que tous les accordéonistes de Bruxelles soient enfermés dans une boule de l’Atomium qu’on aurait fait rouler jusqu’à La Mer du Nord. »

 

Depuis 2017, le Protectorat d’Outre-Meuse accueille les survivants de ces pogroms bronsoniens.


23:37 Écrit par dikke jiss | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Intifaccordéonnement vôtre Bonjour,
Je voudrais m'affilier à l'intifaccordéon (Zone02 , 13/07 p. 2 (Zone
Franche))
En effet, tous les matins je me fais casser les c... (et les nerfs) par
le même air d'accordéon, joué à 50 cm de mes oreilles, dans la rame de
métro qui m'emmène au boulot (ce qui, en soit, est déjà pénible). Il
n'est pas rare que j'en "bénéficie" le soir aussi (ou alors c'est le
violon), l'idéal pour se relaxer après 7h30 de boulot par 25° en face du
chantier permanent du parlement bruxellois. Les seuls jours où j'y
échappe, c'est quand le métro est tellement bondé qu'il n'y a plus la
place pour déployer un accordéon.
Pensez-vous qu'on pourrait organiser un rassemblement à
Bruxelles-les-Bains, afin de les noyer tous ? Je ne dispose en effet
malheureusement pas de la casserolle de moules pour les assommer.
D'avance merci.

Écrit par : Marc | 15/07/2005

C'est le truc le plus fendard que j'aie jamais lu sur ces casseurs de burnes, pollueurs de p'tits dîners-terrasses en amoureux ou entre potes! Dans la boule de l'atomium, ce n'est que justice!
Tu passes un bon moment, tu roucoules ou tu te marres parce que les vannes tombent bien comme il faut et puis bam! tu ne l'avais pas vu venir, c'est le flon-flon qui t'agresse les tympans (évidemment, le lâche est venu par derrière). Puis après une demi-heure de tue-l'amour (essayer de roucouler sur de l'accordéon, vous verrez) ou de tue-l'ambiance, le gars vous tend le chapeau avec une tête de chien qui chie... genre si tu ne files pas deux euros il va mourir de faim instantanément. Rhaaa, à la boule, que j'dis

Écrit par : Pec | 22/06/2007

Les commentaires sont fermés.