11/07/2005

MARTELANGE ATTACKS

 

Un bon petit paquet de gens qui commence très sérieusement à m’énerver, ce sont tous ces adeptes d’une « ville plus conviviale », qui exigent air pur et pistes cyclables aux abords de la Petite Ceinture et ne verraient aucun inconvénient à ce que « purin » puisse rimer avec « urbain » du moment que leurs mioches puissent jouer dedans en toute quiétude. J’ai à leur égard développé une paranoïa aigue, inspirée de ces films d’horreur des années 50 où de méchants aliens prenaient l’apparence humaine pour mieux nous voler la planète.

 

C’est d’une évidence : toutes ces petites dadames qui trépignent pour avoir le droit de manger du saucisson en plein milieu de la place Poelaert, tous ces petits messieurs qui se disent prêts à faire 15 bornes de VTT par jour pour se rendre au boulot… Ils ne sont pas comme nous ! Ce sont des Provinciaux de la planète Province, infiltrés dans l’unique but de nous anéantir et de reformater notre habitat à leur meilleure convenance.

 

Sous le couvert d’une politique progressiste et écologique, ils installent des avant-postes de la tyrannie… Des pistes cyclables rue de la Loi, des piétonniers en plein milieu des axes stratégiques… Des interdictions de fumer dans les fast-foods, des plans nutritionnels tentant de nous imposer cette horreur blanche qui sort du pis des vaches plutôt qu’un bon gaz sucré et cancérigène. Leur but est d’anéantir toute identité citadine.

 

Il ne leur faudra d’ailleurs plus beaucoup d’années pour que béton, pollution, hélicoptères stationnaires, sirènes diverses, crashs d’avions et accidents de bagnoles ne nous fassent totalement horreur et disparaissent du paysage. La victoire totale de l’envahisseur n’est pas loin et, si une digne résistance ne s’organise, Bruxelles, dès 2012 ou 2015, pourrait très bien ressembler à un gigantesque Martelange.

 

Tout cela au moment où l’on commençait à se sentir moins ploucs avec notre crack meilleur qu’à Londres et nos loyers plus chers qu’à Paris ! Vraiment chié, quoi, les bouseux !


00:06 Écrit par dikke jiss | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.