18/08/2005

JE VOUS SALUE, STEEVY

 

Une vie de Jésus par les Frères Dardenne. On en sait désormais un peu plus sur ce fameux projet révélé il y a quelques semaines par nos confrères du journal Le Monde. Pas de fariboles mystiques au menu : ce sera l’histoire, dixit, d’un homme qui marche (sur l’Eau d’Heure, avec des skis nautiques), l’histoire d’un homme qui se bat, l’histoire d’un homme qui transfigure (à coups de barres à mines, dans les escadrons d’Orazzio).

 

Voici les premières lignes du scénario : scène un, extérieur nuit, Seraing. Une lumière dans le ciel de Noël. Elle bouge. La ville est en émoi : serait-ce le retour tant attendu de nos Camarades des Etoiles déjà venus visiter la région en 1989 ? Et si c’était autre chose qu’un OVNI ? Un signe divin, par exemple ? La lumière descend sur la ville. Elle s’approche de la maison de Luigi Peronilli, le garagiste dont la femme vient d’accoucher. Le bon peuple accourt, tombe à genoux, entame des chants liturgiques.

 

Flap-flap-flap-flap-flap-flap , fait la lumière. Ecoutez, ce sont les ailes des Anges , crie quelqu’un. La lumière se transforme alors en faisceau puissant et éclaire la chambre du bambin, ses petits yeux interloqués, ses petites mains qui se crispent sur son âne en peluche. Seraing pleure sa joie : voici Jésus, le Retour, même s’il se prénomme Steevy. Adieu, socialisme, adieu métallurgie…

 

C’est le Temps des Cathédrales et des t-shirts œcuméniques à vendre aux bigots polonais en pèlerinage. Jamais vu un tel miracle wallon depuis le coup de pédale de Claudy Criquelion. A genoux sur son porche, Luigi Peronilli implore et remercie La Destinée.

 

C’est à ce moment là que la lumière parle, avec un fort accent flamand : Luigi Peronilli ? Pouliche Fédérale , vous êtes en état d’arrestation pour trafic de pots d’échappements de voitures de luxe avec les Pays de l’Est. Et l’hélicoptère des pandores de se poser.

 

L’ardeur Dardenne : toujours prem’s sur le vécu sociétal !


16:13 Écrit par dikke jiss | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.