10/04/2006

HEIDI, HEIDI...

 

Déjà célèbre pour être l’un des seuls politiciens au monde à ne pas avoir délégué son blog à un quelconque porte-serviette, ne pas en modérer les commentaires et franchement flirter avec cette hype politique que sont les théories libertariennes, le sénateur Alain Destexhe annonce un autre buzz : sa campagne pour les élections communales de 2006 a entièrement été pensée en lisant les magazines Purple, Wired, Wallpaper et Technikart. Voici, en exclusivité, son pense-bête pour quand il se fera interviewer par Pascal Vrebos :

 

« Toute ma life, j’ai conceptualisé un Auderghem en complète configuration wi-fi par rapport aux partis établis. Un Auderghem hi-profile, qui dégage une vibe fashion et bio tout en conservant ses roots campagnardes. Un Auderghem pour les girls next door, les tech-kids, les wonderboys de l’uplifting libéral. C’est total-növö dans le panel politique, nobody n’a jamais trendsetté de la sorte. Les wannabes, les has-been, les neverseen, c’est touche delete : here comes AD (pronounce Heïdi), pure product, pure concept. Laurence Parisot in a corps d’homme, avec une tête moins Name Of The Rose et a nicer tie.  

 

Auderghem-Silicon Valley, in the mix : virer la brocante pour la remplacer par un sino-indo fresh food market, virer la discothèque Le Cactus et sa lose claudo-françilienne pour ouvrir un post-lounge no-smoke cheese & wine, Claude Challe, Phil Stark style.

 

Auderghem, le laboratoire social : délocaliser les registres de la population, si t’es pas wired, quand t’es newcomer dans la commune, tu dois aller le dire à Diegem (because accords B2B flemish-friendly). Auderghem, Kyoto, share the spirit : un péage à l’entrée du viaduc, réintroduire des ours à Val Duchesse.

 

Auderghem, capitale culturelle : upgrader le label Rouge Cloître, Palais de Bangalore sonne mieux, plus hype, plus libéral. Projet pour le Centre Culturel : Agathe Lecaron et Bérénice reprennent Dancing In The Dark de Lars von Trier, total tribute to Robert Wilson transgenre. Beautiful people on the list, le kick, la win attitude… Here comes AD (pronounce Heïdi) with more appetite than a barracuda. Ba-ra-cu-da!   

 

17:15 Écrit par dikke jiss | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

02/04/2006

Velkom, Mister Bigot

 

Pour ses premiers pas en tant que directeur des antennes de la RTBF, Yves Bigot (qui fut journaliste à Europe 1, Libé, Rolling Stone Magazine…) est tout excité :

 

Bigot : Je me vois bien lancer un grand rendez-vous branché de deuxième partie de soirée, style Les Enfants du Rock… De l’impertinence, des choix osés, de l’habillage moderne… 

Le comité de gestion : Un programme pour les jeunes, donc ? Faudra penser à y caler Tatayet ou Malvira. Marc Herman, peut-être aussi… Il marche bien chez les jeunes, Marc Herman… Il remplit le Centre Culturel d’Auderghem plus vite que Robbie Williams ne bourre le Stade Baudouin, notre Marc.

Bigot : Non, mais je vous arrête tout de suite. Je pense à du rock, du vrai. Avec des trips en Angleterre et tout ça…

Le soviet de gestion : Pour des trips en Angleterre, faut un partenariat avec Eurostar et ça, les centrales d’achat pub ne nous le donneront jamais ! Tout ce qu’on arrive à négocier avec ce genre de charogne capitaliste, c’est des heures gratuites de kayak sur la Lesse pour les concours Télé-Tourisme…

Bigot : Non, mais je ne parle pas de partenariats !!! J’ai vraiment en tête d’envoyer des journalistes musicaux en Angleterre filmer et interroger les groupes qui montent sur Internet ! 

Le suprême de grands leaders éclairés : Teut-teut-teut ! Internet, c’est Belgacom et ils nous ont baisé Marc Délire, ces salopards. Bernique pour qu’on leur fasse de la pub gratoche ! En plus, envoyer des journalistes quelque part, si c’est pas invité par l’internationale socialiste ou les bamboulas, on fait pas ! D’ailleurs, on a une autre idée : on va plutôt demander à des personnalités représentatives les musiques, heu… rock, donc… qu’elles préfèrent… Faire des petites capsules. C’est moins cher. Plus service public.

Bigot : Ah bah, ouais, pourquoi pas… Vous pensez à qui ? 

Kim Fil Il Pot: Guy Spitaels. Guy Coëme. Carine Vyg…non pas elle… Laurette Onkelinks. Freddy Thielemans… Michel Daerden, tiens, aussi ! Sa fille est didjé, savez-vous bien, à Michel ! Il a une photo dédicacée de Grace Jones chez lui et est très branché ballérique, comme y dit. Et puis si Bronski Beat fait son come-back, il y a aussi Elio qui sera tout content pour en parler !  

Bigot : Mais ça n’a plus rien à voir avec les Enfants du Rock ! 

Leonid Brejnev ressuscité : Et alors ? Si c’est pour nous refourguer des vieux trucs d’il y 20 ans, tu pouvais rester sous ton béret à téter ton ballon de rouge, hein, sale con de Français. C’est quoi ta prochaine idée pour nous relever de l'abîme ? Un mix de Tournez Manèges et du Francophonissime, peut-être ?

 

01:25 Écrit par dikke jiss | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

20/03/2006

 1 MILLIARD ET DEMI DE CLIENTS SATISFAITS

 

Histoire de briller dans la société libre-échangiste et mondialisée qui se profile, il est plus que temps d’apprendre le double langage chinois à nos chères petites têtes blondes… puisque voilà bien un marché d’avenir à côté duquel il serait typiquement wallon de passer.

 

Leçon 1 : négocions à très haut niveau.

 

Ne dites pas : « j’ai en stock quelques carlingues de zinc toutes pourravées  par l’amiante et de vieux wagons Corail dont je ne sais que foutre. Un coup de peinture rouge et ça donnera un aperçu de modernité à vos gueux des Provinces Extérieures. Combien tu raquerais pour ça, Si Trong Jon ? »

 

Dites : « Très honorable Leader, pour le paiement, faites donc comme l’exige les préceptes communistes : un bon petit million sur le plus grand nombre de mes comptes off-shore. »

 

Ne dites pas : « L’opinion publique de mon pays me presse de vous demander des nouvelles des dissidents emprisonnés en 1989. Vont-ils bien ? »

 

Dites : « Vous savez, Très Honorable Long Marcheur, sauf Pretty Woman 2 –et encore, si c’est avec Julia Roberts- Richard Gere semble condamné à jouer du sourcil dans des films avec des mites géantes et des flics à la retraite. D’ailleurs, encore 10 ans et il peut faire le Retour de La Momie sans maquillage…»

 

Ne dites pas : « Le Dalaï Lama, quelle sagesse… »

 

Dites : « Ce gros puceau déguisé en supporter de l’Ajax me fait bien rire avec son remake de Ghandi. La non-violence, je suis contre. Vous avez bien raison d’écraser le moindre de vos opposants au char d’assaut. »

 

Ne dites pas : « Grand dieux, je n’irais jamais acheter de cravate ailleurs qu’à Bond Street. Vous imaginez une négociation de haut niveau sans cravate de Bond Street. Mes interlocuteurs me prendraient pour un radin collectiviste… »

 

Dites : « Oui, on va embarquer 150.000 caisses de vos chemises hawaïennes en toile de jute. Je vais même en mettre moi-même, tiens, à la prochaine Fancy-Fair de l’école du petit. C’est du costaud, hein : si je fais une tache avec la Sangria, je peux frotter énergiquement, il n’y a que la couleur qui part… »

 

15:56 Écrit par dikke jiss | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |